Actualité

 

Capture

A la suite du succès du WE Naturaliste à Viam (19) de l'an dernier et à l'initiative d'Amandine Sanchez, les associations naturalistes du Limousin vous proposent une nouvelle journée naturaliste inter-associative Nature & Convivialité.

Rendez vous dimanche 26 juin (9h30)

sur le site du Mont Gargan commune de St Gilles les Forêts (87).

Chaque association présente aura le plaisir de vous proposer des activités dans son domaine de compétence.

Journée ouverte à tous, venez nombreux pour explorer avec nous, dans une ambiance conviviale les trésors de biodiversité du Mont Gargan en Limousin.

 

 

Journée inter asso 2

Hupolaïs polyglotte D. Testaert

 

La tendance d’évolution des oiseaux spécialistes des milieux agricoles a chuté de 29,5 % entre 1989 et 2019. Certaines pratiques agricoles sont responsables de cet effondrement : emploi des insecticides qui entraînent une raréfaction des ressources alimentaires et qui peuvent être très persistants dans la nature (comme les néonicotinoïdes), emploi de pesticides, le sur-amendement au nitrate, les fauchages précoces, l’arrachage de haies …

 

                                                                                                                           

                                                                                                                     Hypolaïs polyglotte (D. Testaert)

 

évolutions des indicateurs oiseaux

 

Une étude récente, publiée dans la revue « Agriculture, Ecosystems & Environment », vient de mettre en évidence des différences comportementales nettes entre les oiseaux capturés dans les haies entourées de pratiques agricoles conventionnelles (non bio) et ceux capturés dans les haies entourées de pratiques agricoles bio. Les oiseaux des champs bio sont en bien meilleure santé que ceux des champs pesticidés. Même à très faible dose dans le corps des oiseaux, les pesticides sont suspectés de modifier leurs comportements en les rendant, par exemple, moins réactifs. Pas facile alors d'échapper à l'attaque de l'Épervier d'Europe...

 

Découvrez ici un résumé de l’étude (site Reporterre)

 

Les mêmes auteurs avaient déjà mis en évidence les bienfaits d’une alimentation bio sur des Perdrix grises élevées en captivité. Les graines utilisées pour l’alimentation d’un groupe d’oiseaux et issues d’une agriculture conventionnelle contiennent de faibles résidus d’une quinzaine de pesticides. Cela est suffisant pour constater des dérèglements comportementaux et physiologiques des individus nourris avec ce type de graines. Les Perdrix grises, d’un autre groupe, nourries avec des graines bio ne présentent pas ces dérèglements.

 

Le compte rendu de cet article (site Reporterre) est ici.

 

Aussi, la LPO Limousin ne peut que vous conseiller, une nouvelle fois, de bannir insecticides et pesticides sur vos propriétés. Les oiseaux, la nature et les Hommes, ne s’en porteront que mieux. Et pour le prochain hiver, n’oubliez pas : du bio dans les mangeoires, c’est mieux !

 

 

couv

Voici un ouvrage qui fera date : l’Atlas des oiseaux migrateurs de France. Deux volumes ont été nécessaires pour synthétiser les quelques 100 000 000 d’observations qui constituent le socle de l’ouvrage ! Un ouvrage de tous les superlatifs : 1 300 pages, 320 espèces traitées et 50 000 ornithologues impliqués ! Les migrateurs sont à l’honneur et certains de leurs secrets les mieux gardés risquent bien de passer de l’ombre à la lumière pour le plus grand plaisir des ornithologues.

La LPO coédite l’ouvrage dont la sortie est annoncée pour le 15 septembre 2022. Si vous souhaitez acheter cet ouvrage et faire des économies, il est possible de souscrire dès à présent à l’Atlas pour la somme de 100 euros (FP inclus). Il vous en coûtera 120 euros (FP non inclus) après le 15 septembre. Cette année, le Noël des ornithologues se prépare tôt !

Pour en savoir plus et passer commande

 

 

présentation

 

EPOPS 96 couvLe nouvel EPOPS n°96 est arrivé, il est téléchargeable  en suivant ce lien.

La migration des Cigognes noires au-dessus du Limousin apporte avec elle deux bonnes nouvelles : l’arrivée du printemps et la sortie d’un nouveau numéro d’EPOPS !

Le numéro 96 de la revue des naturalistes du Limousin vous propose un sommaire varié :

  • Les oiseaux rares observés en 2020 sont l’objet du 12ième rapport du Comité d’Homologation Régional (CHR) du Limousin.
  • Faucons pèlerins et Grands Corbeaux se chamaillent pour un bout de falaise…
  • Le statut limousin de la Bouscarle de Cetti est traité à travers sa seconde reproduction contemporaine en Haute-Vienne.
  • Un Chevalier guignette se prend pour le brésilien Gabriel Medina…
  • La rubrique « Lu pour vous » met à l’honneur l’Effraie des clochers et les oiseaux marins.

Bonne lecture !

Merci aux rédacteurs et au groupe EPOPS pour le dynamisme des parutions.

EPOPS 96 sommaire

 

Ukraine Logo

Après plusieurs tentatives infructueuses, la LPO a pu être en contact avec la Société ukrainienne pour la protection des oiseaux afin de lui exprimer notre solidarité, savoir comment allaient ses équipes et comment les aider.

 

BirdLife International, le plus important réseau mondial de protection de la nature avec plus de 10 millions d’adhérents répartis dans 115 pays, fête cette année son centenaire. La LPO en est le représentant français depuis 1995. En Ukraine, Birdlife est représenté par la Société ukrainienne pour la protection des oiseaux (Tovarystvo Okhorony Ptakhiv, TOP). Son emblème est le Pygargue à queue blanche.

 

Par l'intermédiaire du bureau européen de BirdLife, un contact a pu être établi avec le responsable qui a pu nous rassurer sur la santé de ses équipes, ébranlées mais saines et sauves :

 

Nous sommes vivants, c'est important. Tous les employés aimeraient reprendre une activité normale et continuer à sauver la nature ukrainienne dès que possible. Beaucoup de travail nous attend.

Oleg

Directeur de la Société ukrainienne pour la protection des oiseaux

Lire la suite : en suivant le lien

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE de la LPO – MARDI 22 FEVRIER 2022

 stop chasse 2

La chasse au sanglier doit être réformée pour la sécurité de tous

Le 19 février 2022, une chasseresse de 17 ans a accidentellement tué une randonneuse de 25 ans au cours d’une battue aux sangliers organisée sur la commune de Cassaniouze (Cantal). Ce drame insupportable, qui a ruiné la vie de plusieurs familles, rappelle que ce type de chasse, encouragé durant ces dernières années, est avant tout une activité dangereuse, à l’efficience contestable, dont les dérives en France doivent impérativement être corrigées.

La régulation du sanglier est au cœur de la problématique sécuritaire liée à la chasse. Environ 800.000 sangliers sont actuellement tués chaque année en France, contre à peine 30.000 il y a 50 ans, et leur nombre continue pourtant de croître. Or le tir de cet ongulé fait appel à des armes lourdes, le plus souvent des carabines offrant une portée jusqu’à 3 kilomètres et dont il existe des modèles semi-automatiques. L’animal est en général abattu en mouvement, ce qui augmente les probabilités de le rater. Ainsi, selon le Chasseur Français, la moyenne nationale serait de 6 à 8 munitions tirées pour chaque grand gibier prélevé, soit des millions de balles perdues dans la nature…

Diverses statistiques sont régulièrement présentées pour mettre en avant la diminution continue des accidents mortels dus à la chasse sans tenir compte de la forte décroissance en parallèle du nombre de chasseurs (2,5 millions en 1975, moins de 980.000 aujourd’hui).

"Complicité" de l'Etat

Suite à la mort de Morgan Keane le 25 décembre 2020, déjà lors d’une battue au sanglier, une pétition réclamant un renforcement des mesures de sécurité de la chasse avait réuni plus de 100000 signatures sur le site du Sénat, seuil nécessaire pour déclencher la mise en place d’une commission parlementaire chargée de se pencher sur le sujet. Cette commission a bien été créée mais est composée d’une majorité d’élus notoirement favorables à la chasse, au premier rang desquels son rapporteur le sénateur Patrick Chaize, ce qu’a dénoncé le Directeur Général de la LPO, Yves Vérilhac,  lors de son audition le 8 février dernier. 

Précédemment, un rapport parlementaire sur la problématique de la régulation du grand gibier avait été confié en mars 2019 au député Alain Péréa et au sénateur Jean-Noël Cardoux, respectivement Présidents des groupes d’études Chasse de l’Assemblée Nationale et du Sénat et eux-mêmes chasseurs. Le premier avait déclaré dans un tweet que la pratique du VTT devrait être interdite pendant la chasse après qu’un vététiste ait été accidentellement tué en Haute-Savoie le 13 octobre 2018 ! Le second demandait dans une question écrite au gouvernement en novembre 2017 d’autoriser les armes de poing afin que les personnes handicapées puissent aussi chasser…

Cette partialité manifeste n’est qu’une des nombreuses illustrations de la complaisance des pouvoirs publics face aux abus de la chasse et de leur réticence à réformer les pratiques cynégétiques dans notre pays.

Pompiers pyromanes

S’ils se présentent comme unique solution à la surabondance - réelle - des sangliers et aux dégâts - avérés – que ces derniers engendrent chez les agriculteurs, les chasseurs en sont en fait à l’origine : ils ont délibérément participé à l’explosion démographique des suidés avec l’objectif de préserver les populations de grand gibier, en pratiquant notamment le nourrissage (agrainage), le lâcher d’individus élevés en captivité ou en développant les chasses en enclos. Par décret ministériel du 29 janvier 2020, l’État français a pourtant préféré céder de nouveau aux lobbies cynégétiques et agricoles en étendant la période d’ouverture de la chasse au sanglier de début juin à fin mars, plutôt que de repenser sa stratégie de régulation, par exemple en professionnalisant une partie des abattages afin de ne plus s’en remettre exclusivement aux fédérations de chasse qui selon le propre aveu de leur dirigeant Willy Schraen n’en ont « rien à foutre de réguler» et privilégient « le plaisir de tuer » à l’intérêt général. 

Pour Allain Bougrain Dubourg : « manier des armes de gros calibres pour tuer des animaux pesant plus de 100 kilos n’est certainement pas un « loisir » comme les autres. La France est l’un des rares pays à laisser chasser 7 jours sur 7, durant 10 mois de l’année. Transformer nos campagnes en zones de safari est irresponsable. Les Français veulent pouvoir se promener en toute sécurité. Leur demander de télécharger des applications pour savoir où il serait risqué de s’aventurer, ou leur imposer de porter des tenues fluorescentes est indécent. Il est temps d’écouter les citoyens qui demandent très majoritairement un meilleur partage de l’espace public ».

Participez avec la LPO Limousin à une action concrète de sauvegarde et de préservation de la biodiversité en consacrant une journée (ou plus si vous le souhaitez) aux chantiers de plantations de haies de la LPO.

Téléphonez au 06 20 82 93 68 , Laura Taysse vous dira tout :  comment participer ? comment se retrouver sur les différents lieux ? ...

Soyez assurés.es d'être les bienvenus.es.

 

plantation haies 02 2022

CHANTIERS DE PLANTATIONS 🌳 EN HAUTE-VIENNE !

Dans le cadre du Plan France Relance et du programme "Plantons des haies en Nouvelle Aquitaine" la LPO Limousin accompagne 9 agriculteurs du territoire Pays Monts et barrages dans leurs projets de plantation de haies. Les objectifs sont divers (haies fourragères, haies brise-vent, stabilisation du sol, restauration des corridors écologiques, etc.), et la motivation est grande.

Les chantiers de plantation seront tous réalisés sous forme de chantiers participatifs. Ainsi, pour que ces linéaires de haies voient le jour, les agriculteurs planteurs et la LPO, ont besoin de vous ! Venez donc participer aux chantiers, ils sont ouverts à tous. Rejoignez-nous muni de pelles, gants, bottes, et partageons un repas à midi. Tout cela dans la convivialité et dans le but de voir se concrétiser de beaux projets.

 

Pour s’inscrire, ou avoir plus d’informations :

 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou 06 20 82 93 68

 

 Voilà le programme complet :
  • Samedi 12 février : Ferme du Mascrochet, au Mascrochet à Champnétery 

  • Jeudi 17 février : Ferme de Belleprade à Belleprade à Champnétery ATTENTION : Date de plantation reportée pour cause de météo (date de report non connue à ce joue )

  • Mercredi 23 février : Ferme du GAEC Fraysse-Bosredon au Rouveix-Haut à Bujaleuf 

  • Samedi 26 février : Ferme de Bruno Marecchia au 10 route Mazermaud à Linards

  • Mercredi 02 mars : Ferme d'Hervé Mazé au Monteil à Bujaleuf

  • Vendredi 04 mars : Ferme du GAEC Ficelle à Chez Thivaud à Nedde 

  • Jeudi 17 mars : Ferme du GAEC du Puy Larcy à Rilhac à La Croisille sur Briance

 

Plantation haies calendrier

 

Voeux LPO 2022Les adhérents, les bénévoles et les salariés de la LPO Limousin, malgré un contexte sanitaire toujours compliqué, vous souhaitent une excellente année 2022.

Plus que jamais nous comptons sur vous pour nous rejoindre et participer avec nous à une défense active de la biodiversité.

En 2022 j’adhère à la LPO.